Vos projets immobiliers

Quel logement choisir quand on est étudiant ?8 min read

30 octobre 2019

author:

Quel logement choisir quand on est étudiant ?8 min read

Les différents modes de logement étudiant

Le nombre d’étudiants logé hors de son domicile familial est estimé à 60 %. Un vivier de demande qui doit faire face à un marché tendu sur lequel l’offre est bien trop faible pour répondre efficacement à la demande sans cesse croissante : études supérieures démocratisées, durée de formation allongée en réponse à un marché du travail difficile, étudiants étrangers, …

Qu’il s’agisse de trouver un logement à la rentrée ou en cours d’année pour y vivre une courte durée ou l’année, différents types de logements sont possibles et peuvent être envisagés comme des solutions économiques tout en vous assurant une vie étudiante sereine.

La colocation

À la fois choix financier et style de vie, la colocation remporte actuellement un succès énorme auprès des étudiants en quête de convivialité et de nouvelles rencontres tout en disposant de son propre espace. En outre elle permet de diviser un loyer, d’opter pour des espaces de vie plus spacieux, de partager les charges et de sortir de l’isolement. On en oublierait presque qu’elle nécessite aussi de la discipline et des concessions : partage des espaces, partage des tâches ménagères, savoir-vivre avec les autres, … Et surtout, il ne faut pas oublier qu’elle est soumise à des règles spécifiques.

La colocation se définit comme étant une location d’un même logement comme résidence principale par plusieurs locataires. Elle peut être effectuée sous la forme d’un bail unique signé par tous les colocataires et le propriétaire, ou par des contrats de location individuels signés entre le propriétaire et chaque colocataire. C’est le bail qui assure à chacun les mêmes droits et les mêmes devoirs et seuls les habitants du logement qui apparaissent sur le bail de colocation sont considérés comme locataires, et peuvent donc disposer à ce titre des droits relatifs à la location. Attention toutefois à la solvabilité des colocataires. Le bail de colocation peut contenir une clause de solidarité. Dans ce cas, chaque colocataire peut être tenu au paiement de la totalité du loyer. Il en est de même pour les charges.

De plus, les propriétaires sont très nombreux à insérer une clause de solidarité dans le bail de colocation. Cette mention particulière rend chaque colocataire responsable de la totalité du loyer et des charges dues, mais aussi des dégradations locatives éventuelles. Chaque colocataire est libre de partir indépendamment des autres résidents le loyer n’est pas diminué pour autant. Dans le cadre d’une colocation avec un bail unique, le locataire qui souhaite s’en aller doit supporter cette obligation de solidarité jusqu’à la fin de son préavis dès lors qu’un nouvel arrivant est inscrit sur le bail.

Bien souvent le locataire qui quitte le logement propose une nouvelle personne à son bailleur pour reprendre le bail mais il faut savoir qu’il n’est nullement tenu d’accepter ce nouveau locataire. Enfin, le dépôt de garantie versé au moment de la signature du contrat de location ne sera restitué qu’à la libération complète des lieux.

Le logement étudiant privé

Un avant-goût de la vie active qui en fait rêver plus d’un. Sachant que le loyer d’un bien locatif vide ou meublée à usage de résidence principale est en principe fixé librement, c’est le propriétaire bailleur qui déterminera lui-même son loyer en tenant compte de l’offre et de la demande de logements.

Et malheureusement, dans un contexte généralisé de pénurie de logements, le marché conduit souvent les propriétaires à fixer des loyers hauts qui laissent peu de chances aux étudiants de trouver des biens avec une superficie confortable, un bon emplacement et un état général décent. Et c’est sans compter les frais d’agences élevés ou le temps nécessaire pour consulter les annonces et visiter les biens avant de trouver le logement idéal.

Les résidences étudiantes privées

Une piste à étudier que l’on doit à des groupes immobiliers privés qui apportent une réponse à l’explosion du nombre d’étudiants depuis la fin des années 9à et à la pénurie de logements étudiants. Ces résidences « prêtes-à-vivre » implantées partout en France s’adressent aux 18–30 ans et sont disponibles à la location en solo ou en colocation. Elles offrent différents types de meublés de qualité et entièrement équipés avec une large palette de services collectifs et de prestations : connexion Internet cafétéria, salles de loisirs communes, laverie, salles de sport, espace télé, parking, salles de détente, …

Proches des transports et des commodités, elles permettent à des prix qui restent compétitifs (entre 400 € et 550 € / mois) de combiner étude, confort et indépendance et permettent se faire des amis rapidement. Ces logements sont aussi des lieux de vie et de rencontres qui ponctuent le rythme des cours et des examens. Des activités et des animations culturelles, sportives, de loisirs, … peuvent être proposées aux résidents tout au long de l’année : cours, sorties, repas, ateliers, …

Loger « chez l’habitant »

Très prisée auprès des étudiants étrangers, cette solution pratique et économique vous donnera accès à une chambre tout confort (parfois avec salle de bain) tout en partageant la vie quotidienne avec votre hébergeur. Ce système est souvent proposé par des familles qui peuvent même mettre la chambre à disposition gratuitement en échange de petits services (garde d’enfants, aide aux devoirs, …).

Vous pourrez en profiter pour habiter chez un senior en choisissant la cohabitation intergénérationnelle. Cet hébergement solidaire permet de bénéficier d’un logement en échange de petits services, de votre présence sur des temps définis (généralement le soir et la nuit) ou d’une indemnité d’occupation modique.

Les foyers étudiants

Souvent implanté au cœur des grandes villes, ce type de logement propose des chambres meublées et une vie en collectivité. Les critères d’admission sont très variés. Souvent réservé aux filles ou aux garçons, il peut aussi présenter un caractère religieux ou être mixte, héberger uniquement des élèves de prépa, des élèves ingénieurs, … ou favoriser les mélanges. La formule est peu chère et très souple. Les cautions sont généralement faibles et les logements sont éligibles aux APL et aux ALS.

Pour réduire d’avantage les coûts il vous est aussi possible de louer une chambre double ou collective. Il est possible d’y séjourner quelques mois ou une année complète, en demi-pension ou pension complète. La restauration est assurée par un self-service et peut être à la charge du locataire ou comprise dans le montant du loyer. Ces foyers proposent différents services dont l’accès Wi-FI et mettent à disposition des laverie, salle de loisirs et cuisine équipée. Les chambres individuelles peuvent être dotées d’une salle de bain privée avec douche, lavabo et toilettes. Les règles de vie y sont souvent strictes et définies par des règlements intérieurs qui excluent la plupart du temps les visites.

Les logements du CROUS

Impossible de ne pas en parler de la chambre étudiante gérée par le CROUS (*). Loyer pour petit budget, situation idéale à proximité des universités ou en centre-ville, exonération de la taxe d’habitation, sécurité, … les avantages sont nombreux et l’indépendance assurée mais c’est aussi le logement le plus demandé et le nombre de places disponibles permet de satisfaire moins de 8 % des étudiants. Selon les villes, les CROUS proposent des logements meublés dans des cités ou des résidences allant de la simple chambre à l’appartement T3.

Les résidences anciennes continuent à proposer des chambres meublées de petite superficie (9m²/10 m²) avec cuisine et sanitaires collectifs. Les résidences rénovées ou neuves sont entièrement équipés et donnent également accès à de nombreux services, identiques aux résidences étudiantes privées. La demande de logement en résidence universitaire se fait à travers une procédure appelée DES (Dossier Social Étudiant) sur justificatif de ressources et dépend de la distance avec votre logement familial.

Ces chambres ouvrent droit au bénéfice de l’APL (aide personnalisée au logement) si la résidence est conventionnée (signature d’une convention avec l’Etat) et à l’ALS (Aide au Logement Social) si la résidence est non conventionnée. Pour une première demande, les dossiers doivent être constitués entre le 15 janvier et le 15 mai et par internet uniquement, sur le site du CROUS.

Les solutions alternatives pour loger les étudiants ne cessent de se développer, logement en containers, logement à la ferme, mobile home, … En recensant localement les initiatives, on se rend compte qu’il existe toutes sortes de logements pour budgets extrêmement serrés auxquels on n’aurait pas pensé.

(*)CROUS : Centre régional des œuvres universitaires et scolaires

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *